Le garçon et la bête

De Mamoru Hosoda
Film japonais

L'histoire:

Dans le monde des hommes, Ren a 9 ans et erre seul dans les rues de Tokyo après le décès de sa mère et étant sans nouvelles de son père.  Mais il y a un autre monde caché derrière celui des hommes, Jutengai. Dans ce monde les bêtes vivent en paix dans l'espoir de devenir un jour des dieux-esprits. Et le moment est justement arrivé pour le chef des bêtes de se réincarner en esprit. Mais avant cela il doit se trouver un  successeur. Les deux bêtes susceptibles de prendre sa place sont bien différente: Iozen est une bête respectée et calme, père de famille et maître de plusieurs disciples. Kumatetsu est une bête têtue, solitaire et roublarde. Les deux sont prêts à s'affronter mais avant cela, le chef exige que Kumatetsu trouve un disciple. Et voilà que sur un coup de tête il vient chercher Ren, et qu'il l'emmène à Jutengai. Les relations entre maitre et élève commencent très mal, les disputes s'enchainent mais petit à petit les 2 bêtes sauvages s'apprivoisent. Devenu adolescent et habile du sabre, Ren - renommé Kyuta - exprime le souhait de retourner parmi les hommes pour y apprendre à écrire et rencontrer son vrai père. Il y rencontre la jeune Kaede avec qui il tombe amoureux. Mais le grand combat entre Iozen et Kumatetsu va commencer, et il sera peut être perturbé par le jeune fils de Iozen, qui comme Kyuta semble posséder d'étranges pouvoirs...




Mon avis:

Ce qu'il y a de bien dans les productions japonaises, c'est que parfois on tombe sur quelque-chose plein de fraicheur et d'originalité, où les auteurs ont tenté d'aller chercher leurs idées là où on ne les attendrait pas, et souvent dans la culture traditionnelle nippone. C'est le cas de cette histoire où tout un univers de bêtes humaines est inventé et où les personnages ne sont pas si simplistes: le maître est un mauvais professeur et le disciple un mauvais élève.
Je regrette par contre la fin surdramatisée. Ça aussi c'est quelque-chose qu'on voit souvent dans les anime japonaises: les personnages baissent la tête, grincent des dents et ferment les yeux, puis disent merci ou une phrase dans laquelle ils expriment des émotions, et les autres ouvrent la bouche de stupeur et font "Ha... Massaka". Dans d'autres films du même réalisateur ça ne m'avait pas gêné mais là ça m'a un peu agacé. Je trouve que ça fait perdre de la puissance au film. Dommage.

Ma note:



Bon film!


Aucun commentaire: