Ave, César!

De Joel Coen, Ethan Coen
Film américano britannique
Avec Josh Brolin, George Clooney, Alden Ehrenreich ,Ralph Fiennes, Scarlett Johansson, Tilda Swinton, Channing Tatum, Frances McDormand

L'histoire:

L'age d'or des studios de cinéma des années 50. Eddie Mannix est producteur d'un grand studio et un peu l'homme à tout faire: il doit chapeauter les acteurs, trouver des solutions quand un budget part en vrille... Au fond, c'est un gars honnête et droit qui fait un travail de malade, mais il est vraiment doué pour s'occuper de milles choses à la fois, y compris de sa femme et de ses 2 enfants. Un constructeur d'avion lui propose même de quitter le monde du cinéma pour exercer son travail ailleurs... Mais la journée n'est pas terminée: Baird Whitlock, grande star qui joue dans un Peplum sur la vie de Jésus, a été kidnappé contre rançon par d'anciens scénaristes convertis au communisme. Le jeune acteur de western Hobie Doyle vient remplacer un acteur malade dans une comédie romantique et il n'est pas très à l'aise. Quand à la danseuse et chanteuse Dee Anne Moran, elle est enceinte d'une ancienne liaison avec un metteur en scène suédois mais il est déjà marié. Tout ça avec la pression des 2 journalistes jumelles Thora et Thessaly Thacker, qui menacent de révéler un secret compromettant sur Baird Whitlock... t'as du boulot Eddie!



Mon avis:

Ce film est totalement superficiel. C'est un vrai film de fan de la période Hollywoodienne où on voit que les auteurs ont tenté de redonner vie à tout ce qu'on pouvait aimer de cette époque, par des petites séquences qui pourraient bien être filmées comme à l'époque (si il n'y avait pas d'effets spéciaux numériques). Mais bon avec aussi pas mal d'humour cynique et de caricature, et des personnages emblématiques comme la monteuse enfumée et enfermée dans le noir, la journaliste à scandale au ton très huppé, le cowboy gauche à l'accent texan, la sirène qui parle comme un pompier, etc...
Et en plus, en seconde lecture on aborde un thème cher aux frères Cohen: la quête de Dieu et le chemin de la vérité. Dés le début on assiste à un débat totalement poussif entre un rabbin, un prêtre, un pasteur et un pope, puis la vision simpliste et artificielle d'un péplum sur la vie de Jésus. Les communistes débarquent pour nier l'existence de Dieu et le capitalisme des studios, et enfin l'acteur qui, après une longue tirade bien écrite sur Dieu qui se fait homme dans chaque être humain... finit par oublier son texte et buter sur le mot 'foi'.
Et en vraie conclusion notre héros, seule figure totalement pure et sensée dans ce monde, bon samaritain et bon père, qui après s'être confessé par 3 fois (comme Pierre qui renie le Christ 3 fois), finit par avoir une révélation divine et repart au boulot. Avec le plan final où la caméra s'élève au dessus des studios de cinéma et s'envole vers le ciel, vers Dieu donc , et où apparait... le nom des réalisateurs!


Ma note:




Bon film!


Aucun commentaire: